Fusion : la parole à Monia et Christine

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

A quelques jours des assemblées générales (qui auront lieu d’ici fin juin) qui doivent se prononcer sur le projet de fusion entre le Villeurbanne Handball et le Lyon Handball, nous avons souhaité donner la parole à deux mamans de jeunes licenciés, bénévoles et parents-référents au sein du club. Nous avons interrogé Christine (CB) et Monia (MS) sur les raisons de leur volonté de s’investir au VHA et nous leur avons demandé de s’exprimer sur le projet de fusion. Cette interview a également été l’occasion de recueillir leurs suggestions sur le plan de la communication, de l’animation du club et de l’identité collective.

1) Nous vous laissons tout d'abord le soin de vous présenter (parent de quel joueur, profession et âge si vous le souhaitez, votre rôle dans le club, depuis quelle année ?).

CB : Bonjour à tous, j’espère que chacun d’entre vous se porte bien et a pu retrouver un semblant de vie normale depuis le déconfinement.

J’ai 47 ans et suis chef de projets dans le transport express. Mais surtout, je suis mariée et la maman de deux garçons, dont Ethan joueur de l’équipe moins de seize au VHA depuis 6 ans. Je suis également parent-référent de son équipe depuis 3 ans et maman bénévole certains soirs de match de la N1.

MS : Je suis la maman de Jaïs Ben Rahou, qui pratique le handball au sein du VHA depuis ses 6 ans (mini-hand). Il a joué cette année en -13 au poste d’ARG et a intégré l’école d’arbitrage il y a maintenant 2 ans. 

J’exerce la fonction d’assistante de direction chez un courtier d’assurance, depuis plus de 10 ans.

Après une intégration timide au sein du club, mon investissement a évolué au fur et à mesure des années. Je suis depuis 3 ans, parent référent de l’équipe de mon fils, bénévole à la buvette les soirs de match de la N1, au cours desquels j’ai pu faire de très belles rencontres.

Le club est devenu pour moi un club de cœur.

2) Pour quelles raisons avez-vous souhaité vous investir au sein du club ?

CB : En voyant mon garçon s’épanouir dans son club et l’investissement de ses différents coachs (en particulier Thomas Grandcoin), j’ai voulu participer un peu à ma façon à cette formidable aventure. Tout naturellement j’ai proposé mon aide et ai rejoint l’équipe de bénévoles à la buvette où nous passons ensemble de bons moments. Par la suite, je suis devenue parent référent afin de contribuer au roulement avec d’autres parents pour compléter les feuilles de match mais surtout pour organiser les apéros d’après match ;-).

En effet, la superbe ambiance entre parents est un bon moteur pour continuer samedi après samedi à venir voir des matchs de hand.

MS : C’est une très bonne question ! En voyant l’épanouissement de mon fils, m’investir au sein du club est devenu pour moi une évidence. J’avais souhaité et souhaite toujours faire partie de ceux et celles qui travaillent pour améliorer les choses, en prenant en compte le bien-être du club et de tous ses licenciés, tout âge confondu.

3) Quel regard portez-vous sur le projet de fusion entre le Villeurbanne Handball et le Lyon Handball qui sera présenté lors de la prochaine Assemblée Générale ? De manière globale et en tant que parent d’un jeune handballeur.

CB : La fusion est une grande étape pour le hand lyonnais, une première marche pour atteindre le haut niveau et enfin voir des matchs de grande qualité sur Lyon, un peu comme à l’image du dernier match Montpellier/Aix aux Gratte-Ciel du 22 janvier 2020. Quelle soirée et quel public !!! Mais en tant que maman, j’ai de nombreuses questions sur les conséquences de cette fusion pour les jeunes et sur ses aspects pratiques. Je suis persuadée que le club a bien conscience de cet enjeu et fera au mieux pour les enfants et pour leur épanouissement.

MS : En tant que maman d’un jeune handballeur, je sais que ce projet va entraîner beaucoup de changements, notamment :

  • l’augmentation du nombre de licenciés;
  • les créneaux horaires;
  • le lieu des entraînements répartis sur les deux communes;
  • mais permettra, l’augmentation du niveau de jeu grâce à la mixité des deux clubs.

Des changements sont à prévoir et les habitudes seront bousculées. Cette fusion sera le moteur du développement du handball de haut niveau dans la métropole, mais elle doit se faire en tenant compte de l’épanouissement de tous les licencié(e)s de tout âge et de tout niveau confondu.

4) Quels seront selon vous les facteurs clés qui permettront la réussite et la concrétisation d'un tel projet ?

CB : La communication, la transparence, la bienveillance, l’intégrité et l’humilité.

MS : Plusieurs facteurs me viennent à l’esprit :

  • la communication et la proximité à l’égard des licenciés ;
  • la transparence de l’information auprès de tous les intervenants ;
  • être à l’écoute de tous les collectifs de tout niveau ;
  • savoir accompagner et motiver ses jeunes licenciés.

5) Auriez-vous des propositions à formuler dans le cadre de ce projet, notamment sur les thèmes de l'animation de la vie du club, de la communication ou du sentiment d'appartenance ?

CB : Afin de créer un esprit club, une des clés est : la rencontre, les échanges et la construction ensemble de projets communs :

  • une journée de remise des maillots pour tous les collectifs avec un pique-nique en commun ;
  • un arbre de Noël pour les enfants ;
  • des stages de vacances ;
  • la participation à des tournois pour les différentes catégories ;
  • une journée club ;
  • un planning des festivités publié à l’avance ;

mais surtout l’envie de relever ensemble ce beau défi.

Si les parents ont envie de se voir et de s’investir, c’est chacun de nos enfants qui est gagnant, car ils découvriront en pratique ce qu’est l’esprit sportif :

  • le respect de soi et de ses partenaires et adversaires, de l’arbitre, des règlements,
  • la loyauté, la politesse, l’altruisme ;
  • le plaisir de jouer ;

Et accepter le résultat même dans la défaite.

Monia

MS : Je partage totalement les propositions de Christine, en y ajoutant quelques éléments complémentaires :

  • créer « la journée du sport » pour initier un grand nombre de personnes au handball ;
  • organiser des rencontres amicales avec des clubs de l’extérieur ;
  • organiser des tournois internes regroupant tous les collectifs de tout niveau ; 
  • prévoir des moments de partages et d’échanges avec les bénévoles ;
  • (et pour aller plus loin), je pense qu’il est nécessaire de donner la parole aux parents de nos licenciés en organisant, si les plannings le permettent, des temps de partages et d’échanges réguliers avec les membres du CA ;
  • organiser  des évènements ponctuels qui permettent de se rapprocher et créer un esprit commun convivial ;
  • continuer les animations caritatives avec les joueurs pros dans les hôpitaux.

L’important c’est de faire partie « d’une équipe unie » dans la diversité et tous ensembles pour représenter et défendre les couleurs de notre club avec un esprit de fair-play, de solidarité et de convivialité qui sont des facteurs essentiels.

Merci Monia et Christine d’avoir bien voulu répondre à cette interview et de nous avoir fait part de vos propositions sur les thématiques de la communication, de l’animation de la vie du club et du sentiment d’appartenance. Nous voyons au travers de vos réponses que le club vous tient à coeur.
Les prochaines semaines permettront d’apporter des réponses à vos interrogations. Les dirigeants prennent bonne note de vos suggestions et de vos idées : ils mettront tout en oeuvre pour que la concrétisation du projet de fusion permette de constituer une grande famille au sein de laquelle chacune et chacun puisse trouver sa place.
Gachet Christelle

Gachet Christelle

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Autres actualités

VHA© 2020 Tous droits réservés
Mentions légales
Design : Aziz Ghodbani - Developpement : Timothé Duc
×

Panier