Handballeurs solidaires

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Il/elles s’appellent Fanny, Camille et Stéphane : ces trois licenciés du club ont répondu favorablement au cours du mois d’avril à deux initiatives solidaires lancées sur le territoire de la Métropole de Lyon dans le cadre de la crise sanitaire que notre pays connaît actuellement. Nous avons souhaité les mettre en lumière en partageant leurs témoignages. Nous profitons aussi de cet article pour vous présenter les deux démarches initiées. Si vous vous êtes vous aussi mobilisé(e)s dans des actions bénévoles pendant le confinement, n’hésitez pas à nous en faire part, nous pourrons les relayer.

Camille et Fanny, couturières solidaires

Fanny et Camille ont répondu positivement à l’appel à tous les couturiers et à toutes les couturières volontaires lancé par la Métropole de Lyon le 9 avril dernier. Cette mobilisation intitulée “Couturières solidaires” vise à confectionner des masques en tissu, lavables et réutilisables pour la sortie du confinement prévue le 11 mai.

La Métropole de Lyon a fourni à l’ensemble des volontaires des kits de confection comprenant le tissu, le fil et les élastiques nécessaires à la fabrication des masques. Une production de 130 000 masques est prévue dans ce cadre.

Parallèlement, la collectivité a passé une commande auprès des industriels de la filière textile régionale. L’objectif est de mettre à disposition deux millions de masques en tissu pour tous les habitants et les professionnels de l’agglomération.

Retrouvez le témoignage de Fanny

Depuis le début du confinement, j’ai vu plein d’initiatives solidaires tourner à la fois dans la presse et sur les réseaux sociaux. Même si j’ai toujours eu un engagement associatif dans différents domaines, je trouve que c’est en temps de crise qu’on se rend encore plus compte qu’il faut tous donner un coup de main si on veut s’en sortir.  Bien sûr qu’on peut reprocher plein de choses à nos dirigeants, cependant on ne peut pas tout prévoir et dans les moments difficiles c’est la solidarité qui peut aider. 
 
Il était dur pour moi de m’engager sur des grandes missions en journée, car j’ai continué à travailler à 100%, même si c’était en télétravail.  Alors j’ai regardé les types de missions qui pouvaient correspondre au temps que j’avais. Je me suis inscrite à différentes initiatives, mais il se trouve qu’il y a beaucoup de personnes qui se sont portées bénévoles et que je n’avais pas de retours. 
 
J’ai vu l’initiative de la Métropole de Lyon sur les réseaux sociaux. Elle m’intéressait particulièrement, car elle permettait d’aider localement et de pratiquer une activité que j’aime bien : la couture. Ce sont des agents bénévoles de la Métropole de Lyon qui l’ont organisée. Il suffisait de remplir un formulaire et de dire combien de masques on s’engageait à produire. Je me suis engagée pour 150. Ils nous ont livré le nécessaire sauf le fil. Et voilà c’était parti pour quelques heures de couture… Cela m’a pris plus de temps que prévu (en moyenne 5 masques par heure), mais j’ai fini par y arriver ! J’espère que ces masques seront utiles pour aider à la continuité des services publics de la Métropole. 

Retrouvez le témoignage de Camille

Je travaille à l’aéroport. Autant dire qu’en ce moment, la charge est assez faible… et le télétravail impossible.

On se sent vite inutile par rapport à ceux qui se battent jour après jour contre le virus.

Aussi, quand j’ai appris que la Métropole de Lyon cherchait des couturières volontaires pour un projet de masques à grande échelle, j’y ai vu à la fois un moyen de m’occuper et de me sentir un peu utile à la cause. Je suis débutante en couture, mais j’ai une machine et je me débrouille.
Je me suis inscrite sans trop savoir comment cela allait se passer et vendredi dernier on m’appelle “j’ai votre kit pour les masques, je suis chez vous dans 2 minutes”.

10 jours et 80 masques plus tard, j’attends maintenant le coup de téléphone pour la collecte.

Stéphane, colibri confectionneur de tabliers

Le groupement des colibris

Cette initiative a été mise en place par Renault Trucks, qui outre la fabrication et la distribution de lunettes et de visières, ainsi que le prêt de véhicules à la Croix Rouge, a également lancé un appel à volontaires auprès de ses salariés en activité partielle de la région lyonnaise. L’objectif est de participer à la fabrication de tabliers jetables destinés à répondre au besoin urgent des personnels soignants des Hospices Civils de Lyon.

Depuis le 9 avril, plus de 70 salariés volontaires confectionnent à leur domicile 12 000 tabliers quotidiennement. Ces « ateliers » sont alimentés en matériel (patron, rouleau plastique, cutter ou ciseaux) fourni par l’entreprise RKW. Le mouvement s’est ensuite élargi à d’autres volontaires : les “colibris”. Ils sont aujourd’hui 166. Le 28 avril, ils ont passé le cap du 200 000ème tablier confectionné.

La Légende du colibri est issue du livre de Denis Kormann : « Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. » »

Retrouvez le témoignage de Stéphane

Lorsque des amis, qui connaissent un des organisateurs du groupe de volontaires, qui s’est créé pour produire ces blouses et ces tabliers, nous ont proposé de participer, ma femme a répondu présente tout de suite. Elle avait envie de participer à cette belle initiative, vu que nous allions avoir un peu “de temps libre” ! De plus, ayant de la famille dans les métiers de la santé (médecin, infirmières, aide-soignantes), il était naturel d’apporter notre soutien à ceux qui allaient subir une période très compliquée. C’est ma femme qui produit le plus de tabliers. Je l’aide lorsque je ne suis pas en télétravail. Nous en avons fait environ 2800 à date.

C’est une très belle idée d’avoir nommé le groupe “Les Colibris”. Effectivement, nous faisons, avec nos moyens, le maximum pour aider à lutter contre cette pandémie. Cela est surement une goutte d’eau, comparé aux besoins quotidiens de nos soignants, mais au moins, le peu qu’on a pu apporter, aura le mérite de les soutenir un peu dans leurs actions.
 
Voilà ! la lutte contre le COVID n’est pas encore terminée. La pandémie, même en régression, continue toujours. Donc, nous continuons le combat, à faire des tabliers et aider le personnel soignant avec nos “petites gouttes d’eau”.
 
Vivement que nous puissions reprendre nos activités handballistiques, cela me manque beaucoup et la production de tabliers est tout de même bien moins physique que nos entraînements ! Mais d’ici-là, tout le monde reste chez soi et en bonne santé !
Gachet Christelle

Gachet Christelle

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Autres actualités

Accueil

Bien plus qu’une salle…

« Du VHA, je retiens la « salle » ! Le gymnase des Gratte-Ciel est pour moi un temple ! J’y viens désormais comme en pèlerinage. J’y ai tellement

En savoir +
VHA© 2020 Tous droits réservés
Mentions légales
Design : Aziz Ghodbani - Developpement : Timothé Duc
×

Panier